Actions Sanitaires Bovins Avortements Bovins
Avortements Bovins PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 05 Décembre 2012 00:00

MAJ 19/11/2014

Fiches Techniques :

icon Avortements Diagnostic Différentiel
icon Avortements v6 + Néosporose Fiche technique

Article paru dans la Volonté Paysanne du 27 février 2009

Avortements bovins : quelles pistes explorer ?

Qu'est-ce qu'un avortement ?

C'est l'expulsion d'un fœtus non viable après minimum 42 jours de gestation. On parle alors de mortalité fœtale ou plus couramment d'avortement.

Au sens règlementaire, on considère aussi que toute vache dont le veau est mort dans les 48 heures suivant sa naissance vient d'avorter. Tout avortement doit être déclaré auprès de son vétérinaire sanitaire dans le cadre de la Police Sanitaire de la Brucellose.

Quand s'alarmer ?

Pour un cheptel de 60-80 vaches, il est considéré comme anormal de compter plus de 2 avortements au cours d'un même mois ou plus de 3 avortements en une année. Dans ce cas, des investigations supplémentaires sont vivement recommandées.

Quels prélèvements réaliser ?

Il faut savoir que, dans 50 à 75 % des cas, les avortements sont d'origine infectieuse. Cependant, malgré des recherches bien ciblées et des prélèvements corrects, un tiers des avortements restent inexpliqués. Pour optimiser ses recherches et les chances de trouver la cause, il est primordial de réaliser des analyses sur la vache ET sur l'avorton, l'un et l'autre permettant d'obtenir des résultats complémentaires.

Quelles analyses effectuer ?

Les causes d'avortements sont très nombreuses. On privilégie, en première intention, les causes d'avortements les plus fréquentes qui sont : le virus du BVD, la néosporose, des bactéries comme la Fièvre Q. Cependant, en fonction de l'historique de l'élevage et des risques de chacun, les pistes à explorer seront peut-être différentes. Des analyses complémentaires sont parfois nécessaires sur plusieurs animaux y compris sur des vaches qui n'ont pas avorté.

Comment interpréter les résultats d'analyses ?

Les analyses de laboratoires sont un outil de diagnostic complémentaire. Les résultats devront toujours être interprétés prudemment car une analyse positive ne signifie pas toujours que la cause est bien identifiée. La rigueur, l'interprétation en fonction du contexte à l'échelle du troupeau et en fonction des animaux prélevés et des analyses effectuées permettent souvent d'éliminer des causes et/ou aboutissent à une forte présomption.

Une forte présomption n'étant pas une certitude les résultats d'analyses sont parfois frustrants pour l'éleveur et pour le vétérinaire. Mais n'oublions pas que chaque résultat amène une pierre de plus à l'édifice.